Article dans Nice Matin le vendredi 14 décembre

Publié le par Fédération du Commerce Niçois et Azuréen

nm-101847-px-470-w-nicematin-.jpg
 
"Tous les commerces bordant le tramway bénéficient d'une hausse de la fréquentation. Mais l'attrait des vitrines, s'il suscite souvent la curiosité du chaland, ne se prolonge pas toujours jusque dans son portefeuille. : F. Fernandes
 
Nice : Le tram draine des visiteurs pas forcément des acheteurs
Le tramway constitue t-il la locomotive attendue pour le commerce niçois ? En particulier pour ces magasins qui ont survécu péniblement à quatre années de chantier ? À regarder la fréquentation des rames, souvent bondées, on serait tenté de simplifier l'équation : tramway + fin des travaux = succès commercial. Mais des inconnues demeurent selon les négoces, qui ne les remettent pas forcément sur les rails. commerce Quel que soit le quartier, le tramway a augmenté la fréquentation des négoces. Mais les chiffres d'affaires n'ont pas tous retrouvé leur niveau d'antan
Bien sûr, l'avenue Jean-Médecin semble revivre. À Nice-Etoile, le tramway ressemble au père Noël : +15 % de fréquentation la première semaine d'exploitation ; + 23 % le premier jour et entre +7 et +9 % depuis. D'où une progression du chiffre d'affaires global du centre commercial : +5 % en novembre, alors que le tramway n'a été inauguré que le 24. Et même jusqu'à +40 % pour certains magasins !
« Ça a commencé lorsque les trottoirs ont été praticables, mais le tramway a constitué un véritable décollage », constate la directrice Catherine Magat.
Autre reconquête du public, les cinémas Pathé-Masséna et Pathé-Paris : + 10 % d'entrées, « on rattrape notre retard par rapport aux autres villes de France », souligne Robert Gatin.
« On garde espoir »
Les petits commerces du secteur se réjouissent aussi, mais « la progression du chiffre d'affaires n'est pas proportionnelle au monde que l'on voit dans la rue », précise Fred Bensaïd, dont le CA a néanmoins progressé de 20 %. « Il manque encore 15 % pour rattraper nos résultats d'avant chantier. »
Même espérance à la Fnac où le magasin se remplit, mais pas encore les tiroirs caisse : - 3 % de CA, « mais il reste les quinze derniers jours d'achats de Noël, donc on garde espoir ».
Avenue Jean-Jaurès, Christian Plumail, chef du restaurant gastronomique « l'Univers », affiche déjà la mine réjouie d'un menu de réveillon.
« Pendant trois ans, j'en ai bavé, mais depuis juin dernier, j'ai retrouvé mon chiffre d'affaires d'avant le tramway, et il est même supérieur aujourd'hui car je retrouve la clientèle d'Antibes, Cannes? ».
Avenue de la République, on lorgne plutôt sur les habitants des collines et du Paillon, qui manquent toujours à l'appel.
« Les gens de Cimiez ou du Mont-Boron ne prennent pas le tram, et il manque des parkings relais pour les autres, déplore Guy Dejan, président de l'UCAR. Il faut d'urgence prolonger la ligne 1 et réaliser la ligne 2, jusqu'à la Pointe-de-Contes ».
« À double tranchant »
En attendant, St-Roch constate le nouvel attrait pour son marché, qui attire des usagers du tramway. Dans ce quartier excentré, les commerces de tradition (maraîchers, traiteurs niçois?) tirent leur épingle du jeu. « Mais le tramway est à double tranchant, car notre clientèle habituelle n'est plus qu'à 10 minutes du centre-ville. À nous de la retenir ici », lance Philippe Desjardin, président de l'APIL.
Même raisonnement à l'autre extrémité de la ligne, où l'association Nizza l'Abeille multiplie les animations sur Borriglione pour bonifier son passage sur rails. « Ceux qui ont ouvert pour l'inauguration ont été déçus. Mais on commence à récupérer une clientèle des collines qui utilise le parking relais du Rouret », affirme Cécile Landucci.
Reste un frein : le pouvoir d'achat. Il semble en perte de vitesse, tramway ou pas.
Alexandre Carini
Nice Matin"


Publié dans Informations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article